optique: une facture (très) lourde payée par les mutuelles

LUNETTES

Depuis plusieurs années nombreux sont ceux qui s’interrogent sur la réalité des coûts de l’équipement d’optique et principalement des montures et des verres et leurs conséquences sur les mutuelles.
Nous partageons une réflexion sur un sujet qui permettrait de réduire la facture… de1 à 1,5 milliards d’Euros par an payés essentiellement par les salariés eux mêmes par le biais des complémentaires santé et -un peu- par la Sécurité Sociale.
Tour d’horizon:
Il y a quelques jours j’ai lu avec intérêt une étude sur ce sujet rédigé par David Martimort, Paris School of Economics – EHESS et Jérôme Pouyet, Paris School of Economics – CNRS. Les éléments ci dessous en sont des extraits.

  • Le chiffre d’affaire annuel du marché de l’optique s’élève à 4,2 Mds€
  • 64% des français portent des lunettes
  • L’appareillage moyen est de 130€/ an environ
  • La production de l’optique est très concentrée
  • La distribution est assurée par une dizaine de groupe (Afflelou, Générale d’optique, Atoll…)

La production de verres est dominée en France par Essilor (90% du marché). Les 10% restant sont partagés par ZEISS et HOYA.

La production de montures en quasi monopole par LUXOTTICA qui est 5 fois plus important que son plus proche concurrent.

Le marché français se caractérise par l’abondance de points de vente.

  • France: 1 point de vente pour 5.400 habitants
  • USA:     1 point de vente pour 15.000 habitants

La sécurité sociale intervient de façon très marginale dans le remboursement des frais d’optique qui sont pris en charge essentiellement par les complémentaires santé. Ces complémentaires permettent de rendre “solvable” les consommateurs finaux, ce qui tend à entretenir l’illusion que ces derniers n’assument pas les dépenses d’optique alors que, directement, ils en assument le financement.

Les points de vente de distribution au détail d’optique comptent parmi les plus rentables en France avec une marge brute de 60%.

LE FONCTIONNEMENT CONCURENTIEL DU MARCHÉ DE L’OPTIQUE EST TRÈS IMPARFAIT À LA FOIS EN AMONT DU CÔTÉ DES FOURNISSEURS DE VERRES ET DE MONTURES ET EN AVAL DU CÔTÉ DES DISTRIBUTEURS.

Les organismes d’assurances ont élaboré une réponse sur ce sujet en mettant en place des réseaux de soins (KALIVIA, SANTÉCLAIR…) dont l’objectif principal est de rationaliser les coûts. Cette solution ne répond que partiellement à la réalité.

Face à cette réalité de nouveaux acteurs apparaissent sur un modèle que nous pourrions comparer à l’arrivée de FREE sur le marché de la téléphonie:

LUNETTES POUR TOUS: des lunettes annoncées…10 fois moins chères. http://bit.ly/2bg5jqx

SENSEE: Créé par marc SIMONCINI créateur de MEETIC.

http://bit.ly/2aCdziI

Et bien d’autres